Accueil

chauffage bois

Depuis des milliers d'années, l'homme a eu recours au bois pour se chauffer et cuire ses aliments, ce qui lui a permis d'assurer sa survie. L'homme s'est d'abord servi d'un feu rudimentaire, puis d'un poêle ou d'une cheminée pour se chauffer. Le bois est donc devenu très rapidement un symbole associé à la chaleur et au bien être du groupe.

Depuis quelques années, le bois revient au premier plan des moyens de chauffage car les énergies fossiles utilisées pour d'autres moyens de chauffage comme les chaudières à gaz ou au fioul (issu du pétrole) sont en train de s'épuiser. Les derniers champs pétrolifères seront en fin d'exploitation vers 2040. Il devient urgent de trouver des solutions pour remédier à cet état de fait, quasi inéluctable. Le bois est une des solutions car les appareils de chauffage se servant de cette ressource naturelle sont de plus en plus performants et de moins en moins polluants. A tel point que le bois a été récemment reconnu comme une énergie renouvelable à part entière comme l'a été avant lui le soleil, l'air (pompe à chaleur) ou encore le vent (éoliennes)...

Le bois : une énergie renouvelable ?

energie renouvelable bois

Il peut paraitre étrange de considérer le bois comme une énergie renouvelable car en brulant, celui-ci émet des particules polluantes qui contribuent au réchauffement de la planète. De plus, la déforestation nuit à la protection de la couche d'ozone car la forêt fixe beaucoup de gaz à effet de serre qui, du coup, ne se retrouvent pas dans l'atmosphère... Mais pour qualifier le bois d'énergie renouvelable, les experts environnementaux s'appuient sur un autre principe fondamental bien plus important que la pollution générée par l'incinération ou la déforestation.

En effet, tant que le volume de bois prélevé ne dépasse pas l'accroissement naturel de la forêt, la ressource est préservée. On peut alors dire que le bois est une énergie renouvelable. Or en France, le bois couvre 15 millions d'hectares, soit 28% de notre territoire. L'accroissement naturel des forêts françaises représente en volume près de 103 millions de mètres cubes chaque année : un volume largement suffisant pour assurer le renouvellement de ce milieu naturel indispensable pour notre survie et celle de la faune. L'exploitation forestière de la filière professionnelle du bois (scieries...) contribue à réguler cet accroissement tout en permettant à la forêt de se régénérer (peuplements âgés).

Moins de CO2 avec le bois ?

Lorsqu'il brule, le bois libère dans l'air le dioxyde carbone qu'il a absorbé durant sa croissance. Son impact sur l'effet de serre est donc neutre à condition que le développement et le prélèvement sur la ressource globale soit respecté. Selon une étude récente de l'ADEME, en comptabilisant l'énergie consommée de son extraction à la chaleur finale produite en incluant le transport et le raffinage, le chauffage au gaz émet 234 kg de CO2 par MWh,celui au fioul 466 kg et celui à l'électricité 200 kg. Le chauffage au bois n'en émet que 40, soit 12 fois moins d'émissions de CO2 que pour le fioul et 6 fois moins que pour le gaz !

En France, le bois est la deuxième source d'énergie renouvelable derrière l'hydraulique. Il fournit à notre pays 9 millions de tep (tonnes équivalent pétrole), soit 4% de notre production totale d'énergie. Pour une maison individuelle sur deux (6 millions de résidences principales), le bois est une source de chauffage accessoire ou principale. De nombreux combustibles existent comme les bûches classiques, les bûchettes reconstituées, les plaquettes et les granulés. Chaque type de combustible alimente un appareil bien précis : cheminées à foyer ouvert (bûches), inserts ou foyers fermés (bûches ou bûchettes reconstituées), chaudière à combustion (bûches ou bûchettes reconstituées), poêles et inserts à granulés (granulés), et les chaudières à pellets (granulés).

Copyright 2006 - 2016 © Bati-depot.fr - Tous droits réservés.